Le créateur Nous trouver Plan du site Rechercher English version Abonnez-vous au flux RSS



Vous devez disposez de Flash Player 10 pour voir l'animation. Merci !
La perle, seule, partage avec l'or l'imaginaire de la découverte. Qui, en effet, n'a pas secrètement rêvé un jour, en ouvrant une huître, de découvrir une perle ?

Jamais, bien sûr, le miracle ne s'est produit. Car il faut des circonstances bien extraordinaires pour qu'une huître, agacée par une blessure causée par une impureté, sécrète autour de cette impureté la merveilleuse matière et génère ainsi, couche après couche, la petite sphère magique. Mais la perle est rare car bien peu d'huîtres ont ce courage, et seulement dans les mers chaudes.

Alors, l'homme s'y est essayé, introduisant délicatement une petite bille de nacre sous le manteau de ces huîtres et là, le miracle s'est produit. Ainsi naquirent, au Japon, les perles de culture. Plus grosse est la bille de nacre, plus grosse sera la perle... si l'opération réussit. L'eau tiède de Birmanie, les mers du Japon, d'Australie, de Tahiti, produisent les perles de culture les plus convoitées.
Est-ce le côté vivant de leur origine ? Rien ne convient mieux au teint d'une femme qu'un collier de perles, rondes ou baroques, blanches, rosées, ou bien d'une légère nuance colorée, ou bien encore noires comme les perles de Tahiti.

Il convient toujours de s'assurer que les perles teintées sont, soit de couleur naturelle, soit ont subi un traitement ayant pour but de leur donner une couleur. Les perles de qualité ne peuvent pas mourir, mais seulement s'endormir si elles sont délaissées. Il faut les porter et laisser aux vêtements le soin de les polir et d'en entretenir l'orient. Il faut, par contre, les tenir éloignées des cosmétiques et des autres bijoux fussent-ils en métaux précieux.

La nature fabrique des beautés et les perles fines en sont une évidence ; L’histoire garde trace de quelques unes qui sont célèbres.

L'homme a su dompter la fabrication de la perle de culture depuis 1920 et n'arrête pas de faire perdurer ce joyaux des mers du monde entier.
Celle du japon et de chine, pour les perles Akoya,
Celle de Tahiti pour les perles noires et grises, et les mers du sud pour les perles blanches et dorées.
Enfin les lacs et eaux douces des différentes régions pour cultiver ces bivalves de chine ou d'ailleurs...
Son reflet nacré, son lustre éclatant, son orient profond et sa couleur propre en font une perle unique et parfaite.
Parme, blanche, Tahiti ou gold, aujourd'hui la perle reprend des couleurs et se modernise en osant se mélanger afin de suivre l'élégance de chacune ...

SVP : lors de votre prochain ré-enfilage, modernisez votre collier de perle avec quelques une plus grosses pour ou en couleurs glissées à cote d’un nouveau fermoir plus moderne et plus actuel. Demandez nous conseil afin de dynamiser votre ancien collier.




La perle, seule, partage avec l'or l'imaginaire de la découverte.
Qui, en effet, n'a pas secrètement rêvé un jour, en ouvrant une huître, de découvrir une perle ?


Jamais, bien sûr, le miracle ne s'est produit. Car il faut des circonstances bien extraordinaires pour qu'une huître, agacée par une blessure causée par une impureté, sécrète autour de cette impureté la merveilleuse matière et génère ainsi, couche après couche, la petite sphère magique. Mais la perle est rare car bien peu d'huîtres ont ce courage, et seulement dans les mers chaudes.

Alors, l'homme s'y est essayé, introduisant délicatement une petite bille de nacre sous le manteau de ces huîtres et là, le miracle s'est produit. Ainsi naquirent, au Japon, les perles de culture. Plus grosse est la bille de nacre, plus grosse sera la perle... si l'opération réussit. L'eau tiède de Birmanie, les mers du Japon, d'Australie, de Tahiti, produisent les perles de culture les plus convoitées.
Est-ce le côté vivant de leur origine ? Rien ne convient mieux au teint d'une femme qu'un collier de perles, rondes ou baroques, blanches, rosées, ou bien d'une légère nuance colorée, ou bien encore noires comme les perles de Tahiti.

Il convient toujours de s'assurer que les perles teintées sont, soit de couleur naturelle, soit ont subi un traitement ayant pour but de leur donner une couleur. Les perles de qualité ne peuvent pas mourir, mais seulement s'endormir si elles sont délaissées. Il faut les porter et laisser aux vêtements le soin de les polir et d'en entretenir l'orient. Il faut, par contre, les tenir éloignées des cosmétiques et des autres bijoux fussent-ils en métaux précieux.